null Une étude des OCCL (EDQM) révèle le faible taux de conformité des produits cosmétiques conçus pour attirer les enfants

EDQM Strasbourg, France 02/02/2022
Une étude des OCCL (EDQM) révèle le faible taux de conformité des produits cosmétiques conçus pour attirer les enfants

D’après une étude du réseau européen des laboratoires officiels de contrôle des cosmétiques (OCCL), les produits cosmétiques conçus pour attirer les enfants ne sont toujours pas conformes aux réglementations européennes en matière de qualité et d’innocuité. En effet, 25 % des échantillons examinés n’étaient pas conformes aux exigences de la législation. Les cosmétiques décoratifs ont fait l’objet de nombreux rejets, notamment les produits de coloration temporaire des cheveux (54 % des échantillons), les vernis à ongles (39 %), les maquillages pour le corps et le visage (25 %), les produits pour les yeux (22 %), les produits pour les lèvres (21 %) et les parfums (22 %). Cette étude a été coordonnée par la Direction européenne de la qualité du médicament & soins de santé (EDQM) du Conseil de l’Europe, dans le cadre de ses travaux de renforcement de la surveillance du marché en Europe.

Ces dernières années, en Europe, il a régulièrement été constaté que les produits cosmétiques conçus pour attirer les enfants ne répondaient pas aux exigences légales. Souvent conditionnés dans des emballages attrayants, parfois illustrés de personnages de films connus ou du secteur des jouets, ces produits peuvent être perçus comme des jouets, tant par les enfants que par les adultes.

Les produits de soin et d’hygiène courants destinés aux nourrissons et aux enfants plus grands ont également été inclus dans l’étude. Le taux de non-conformité observé était remarquablement plus élevé pour les produits cosmétiques conçus pour attirer les enfants que pour les produits de soin destinés aux enfants. Les fabricants doivent améliorer la qualité des produits et la conformité de ces derniers à la législation. Des interdictions de vente et des rappels de produits ont été prononcés pour 5 % des produits cosmétiques conçus pour attirer les enfants, mais seulement pour 0,7 % des produits de soin. Ces interdictions étaient principalement justifiées par des teneurs excessives en métaux, en nitrosamines cancérigènes et en conservateurs sensibilisants (méthylisothiazolinone et méthylchloroisothiazolinone), ainsi que par l’utilisation de nombreux colorants et conservateurs non autorisés dans les produits cosmétiques.

Les problèmes révélés par cette étude montrent qu’il est indispensable, dans l’intérêt de la santé publique en Europe, de maintenir en permanence une coopération étroite entre OCCL et de surveiller de près la qualité des produits cosmétiques conçus pour attirer les enfants. Le nombre élevé de rejets basés sur des analyses chimiques de produits cosmétiques conçus pour attirer les enfants a confirmé que l’inspection des documents, bien qu’importante, ne suffit pas à garantir la conformité de ces produits.

Lancée en 2011, cette étude de surveillance du marché visait à évaluer la conformité des produits cosmétiques pour enfants au regard de la législation européenne régissant leur innocuité, leur étiquetage et leurs indications ; trois campagnes ont été réalisées à ce jour. La troisième phase de l’enquête a porté sur des produits collectés entre 2017 et 2019 : 905 échantillons de cosmétiques (correspondant à 1 492 échantillons individuels) ont été recueillis dans neuf pays, à différents stades de la chaîne de distribution (fabricant, douanes, commerce de détail, Internet, etc.). Sur les produits testés, environ 41 % des produits cosmétiques conçus pour attirer les enfants avaient été fabriqués en Chine, contre seulement 1 % des produits de soin.

Le réseau OCCL regroupe des laboratoires spécialisés, dont les travaux sont coordonnés par l’EDQM. Conformément à la mission de cette dernière de promouvoir la santé publique et de contribuer à sa protection en Europe, le programme de travail du réseau OCCL permet aux laboratoires de renforcer la surveillance du marché et d’améliorer la conformité des produits, en augmentant leurs capacités de contrôle et en promouvant la coopération, l’assistance mutuelle transfrontalière, et le partage d’informations et de données. Plus de 50 OCCL – dont les laboratoires de 22 États membres de l’Union européenne – participent aux activités régulières du réseau.

Voir aussi :