Council for europe portal
Language : fr Rechercher
Choisir une langue

L’essai des pyrogènes sur lapin bientôt supprimé de la Pharmacopée Européenne

Retour
European Pharmacopoeia
Animal testing
Actualité
28 juin 2021
Strasbourg, France

Lors de sa 170e session (juin 2021), la Commission européenne de Pharmacopée a décidé de prendre des mesures qui devraient permettre le remplacement total de l’essai des pyrogènes sur lapin dans la Ph. Eur., d’ici environ cinq ans.

L’essai des pyrogènes sur lapin (chapitre général 2.6.8) de la Pharmacopée Européenne (Ph. Eur.) consiste à mesurer l’élévation de température provoquée chez le lapin par l’injection intraveineuse d’une solution stérile du produit à examiner. Il a été publié pour la première fois dans la Ph. Eur. en 1986.

Les pyrogènes sont en majorité des endotoxines bactériennes, détectables à l’aide de l’essai des endotoxines bactériennes (EEB), décrit dans les chapitres généraux 2.6.14. Endotoxines bactériennes et 2.6.32. Essai des endotoxines bactériennes par la méthode du facteur C recombinant de la Ph. Eur. Il arrive toutefois que des pyrogènes non endotoxiniques soient également présents, dans certains cas. Or, l’EEB ne permet pas de les détecter. Un essai couvrant tous les types de pyrogènes est donc nécessaire pour confirmer l’absence de pyrogènes non endotoxiniques.

Le chapitre général 2.6.30. Essai d’activation des monocytes a été ajouté à la Ph. Eur. en 2009, offrant ainsi une alternative in vitro à l’essai des pyrogènes sur lapin permettant de détecter à la fois les endotoxines et les pyrogènes non endotoxiniques. La publication de ce chapitre s’est avérée un grand pas en avant en matière de bien-être animal, dans le respect de la Convention européenne sur la protection des animaux vertébrés utilisés à des fins expérimentales ou à d’autres fins scientifiques du Conseil de l’Europe.

Toutefois, malgré les multiples efforts déployés depuis lors pour encourager les développeurs à utiliser l’essai d’activation des monocytes au lieu de l’essai des pyrogènes sur lapin, les lapins restent encore très utilisés pour détecter les substances pyrogènes.

Cinquante-neuf textes de la Ph. Eur. – couvrant des sujets variés, notamment les vaccins pour usage humain, les produits du sang, les antibiotiques, les radiopharmaceutiques et les récipients – font actuellement référence à cet essai. La Ph. Eur. s’est engagée à y remplacer l’essai des pyrogènes par une alternative in vitro adaptée, ce qui aboutira, en fin de compte, à la suppression totale de l’essai des pyrogènes sur lapin. Dans l’intervalle, les utilisateurs sont vivement encouragés à chercher d’autres solutions que le chapitre 2.6.8 – l’essai d’activation des monocytes restant la meilleure option.

Tout au long du processus, les utilisateurs pourront commenter au cas par cas, car chaque texte concerné fera l’objet d’une enquête publique dans Pharmeuropa, comme à l’ordinaire.

Voir également :

twitter facebook googleplus pinterest linkedin email