Council for europe portal
Language : fr Rechercher
Choisir une langue

Guide sur la sécurité et l'assurance qualité de la transplantation d'organes

Quelles nouveautés dans la 6e édition ?

Tous les chapitres repris de la 5e édition ont été revus de manière approfondie et mis à jour. Certains chapitres importants ont également été introduits dans la 6e édition du guide.

  • Le nouveau chapitre portant sur la détermination de la mort selon des critères neurologiques reprend les principes de base qui conduisent à poser un diagnostic de mort cérébrale et développe les décisions fondamentales qui doivent ensuite être prises.

 

  • Le nouveau chapitre sur le consentement/l’autorisation du don d’organes post-mortem traite principalement du consentement (autorisation) permettant le don d’organes et de tissus après la mort dans les différents systèmes juridiques, et énonce des recommandations relatives à la prise de contact et à la communication avec les familles.

 

  • L’ancien chapitre sur l’évaluation des donneurs a été divisé en deux nouveaux chapitres, plus complets : le premier, consacré à la caractérisation des donneurs décédés et des organes, décrit la marche à suivre pour déterminer si les donneurs et leurs organes sont indiqués pour un don, pour déterminer si la balance bénéfice/risque est favorable et pour optimiser l’attribution des organes ; le second, couvrant les critères de sélection et d’évaluation des donneurs et des organes, explique la différence entre « donneurs à critères élargis » (ou « donneurs marginaux ») et « donneurs à haut risque » (qualité contre sécurité). En ce qui concerne la sécurité, ce chapitre fournit une classification des donneurs selon le risque de transmission de maladies.

 

  • Le chapitre couvrant le risque de transmission de maladies infectieuses a été révisé afin de tenir compte des dernières évolutions dans le domaine des pathogènes émergents. Les algorithmes de dépistage ont, par ailleurs, été actualisés, et une nouvelle section sur les infections du système nerveux central a été ajoutée.

 

  • Le chapitre sur le risque de transmission de néoplasies a été révisé de manière approfondie et mis à jour, afin d’énoncer des conseils sur l’évaluation et la cotation du risque de transmission d’une longue liste de maladies malignes retrouvées dans les antécédents du donneur ou identifiées accessoirement lors du prélèvement de ses organes.

 

  • Le nouveau chapitre consacré au don vivant présente cette activité, qui ne cesse de prendre de l’importance en Europe, traitant un certain nombre de questions juridiques, éthiques, médicales, techniques et organisationnelles liées à cette pratique.

 

  • Le nouveau chapitre portant sur le don à cœur arrêté (DCA) concerne les dons issus de donneurs décédés après arrêt circulatoire. Il énonce des recommandations concrètes relatives au développement et à l’optimisation de programmes pour les dons issus de donneurs décédés après arrêt circulatoire contrôlés et non contrôlés, et donne des conseils utiles aux autorités et professionnels s’initiant à cette pratique ou s’y perfectionnant.

 

  • Le chapitre couvrant la biovigilance s’est étoffé pour inclure, plus particulièrement, la description de l’identification, du signalement, de l’évaluation et de la prise en charge des réactions et incidents indésirables sévères. Conformément aux directives de l’UE, ce chapitre clarifie le concept des bonnes pratiques de vigilance et de surveillance et expose des conseils relatifs à leur application.

 

  • Enfin, le chapitre sur le management de la qualité des dons et transplantations d’organes a été entièrement remanié afin d’exposer en détail les principes des systèmes de management de la qualité des dons et transplantations d’organes, y compris les différentes responsabilités des gouvernements et autorités de santé.

 

twitter facebook googleplus pinterest linkedin email