Council for europe portal
Language : fr Rechercher
Choisir une langue

Guide sur la sécurité et l'assurance qualité de la transplantation d'organes

Quelles nouveautés dans la 7e édition ?

  • Tous les chapitres ont été revus en profondeur, à la lumière des dernières avancées, dans cette 7e édition qui comprend, en outre, plusieurs nouveaux chapitres importants. 
  • Le chapitre 2 (couvrant l’identification et le recensement des donneurs d’organes décédés potentiels) a été mis à jour et inclut désormais toute une section consacrée à la pratique de soins intensifs visant à laisser ouverte la possibilité d’un don d’organes chez les patients en fin de vie.
  • Le chapitre 3 (couvrant le diagnostic de la mort selon des critères neurologiques) fournit non seulement une description détaillée des examens cliniques et des examens complémentaires nécessaires pour constater la mort cérébrale, mais aussi la marche à suivre une fois le diagnostic de la mort posé selon des critères neurologiques.
  • Le chapitre 4 (couvrant le consentement/l’autorisation du don d’organes post-mortem) décrit les cadres juridiques européens en vigueur en matière de consentement au don d’organes et détaille désormais les bonnes pratiques d’accompagnement des proches des donneurs décédés et de communication de mauvaises nouvelles, dans les cas de prélèvement d’organes sur donneurs à cœur battant (en état de mort cérébrale) comme sur donneurs à cœur arrêté (décédés après un arrêt cardiocirculatoire).
  • Le chapitre 5 (couvrant la prise en charge des donneurs potentiels en état de mort cérébrale) a été mis à jour sur la base des connaissances actuelles dans le domaine. Par ailleurs, de nouvelles sections ont été incluses sur le support nutritionnel, la prise en charge des patients en état de mort cérébrale en vue d’un prélèvement multiorganique, l’optimisation du délai entre le prélèvement et la transplantation, et la prise en charge des donneurs pendant le prélèvement d’organe(s).
  • La refonte complète du chapitre 6 (couvrant la caractérisation, la sélection et l’évaluation générales des donneurs) dans l’objectif d’y résumer toutes les questions relatives au donneur (sans axer le texte sur un organe en particulier) et de traiter le risque de transmission de maladies et des mesures à prendre pour éviter toute contamination, compte également parmi les autres améliorations du guide.
  • Le chapitre 7 (couvrant les critères de caractérisation, de sélection et d’évaluation spécifiques des organes) énumère les informations indispensables à l’évaluation de chaque organe, pris individuellement.
  • Le chapitre 8 (couvrant le risque de transmission de maladies infectieuses) a été révisé afin de tenir compte des dernières évolutions dans le domaine des pathogènes émergents et de mettre à jour les algorithmes de détection d’une longue liste de pathogènes. Sur la base de l’impact de nouveaux antiviraux à action directe dans le traitement de l’infection par le virus de l’hépatite C, ce chapitre comprend également des recommandations à jour concernant l’utilisation d’organes de donneurs infectés par le virus.
  • Le chapitre 9 (couvrant le risque de transmission de néoplasies) a été entièrement remanié afin de fournir les dernières données probantes pour l’évaluation des risques liés à la transplantation d’organes de donneurs atteints d’un cancer ou ayant des antécédents de cancer. Une cotation des risques est proposée pour une longue liste de cancers susceptibles d’être identifiés dans les antécédents du donneur ou d’être découverts lors du prélèvement d’organes.
  • Également revu, le chapitre 10 (couvrant le risque lié à l’utilisation d’organes de donneurs présentant d’autres affections ou atteints d’autres maladies) énonce à présent des recommandations sur l’utilisation d’organes de donneurs présentant d’autres affections qu’un empoisonnement ou atteints d’une maladie héréditaire (allergies et maladies auto-immunes, neurodégénératives et démyélinisantes).
  • Le chapitre 11 (couvrant le prélèvement, la conservation et le transport des organes) a été revu pour inclure les dernières informations au sujet du prélèvement d’organes et de différentes solutions de perfusion, ainsi que des informations sur les nouveaux essais de conservation (p. ex. perfusion mécanique, conservation par le froid, conservation normo- ou hypothermique).
  • Le chapitre 12 (couvrant le don à cœur arrêté) décrit désormais en détail l’utilisation de techniques de conservation in situ susceptibles d’améliorer la qualité des organes prélevés sur des donneurs décédés après un arrêt cardiocirculatoire. Il comprend également, pour la première fois, des recommandations relatives à la transplantation d’un cœur prélevé chez ce type de donneurs.
  • Le chapitre 13 (couvrant le don du vivant) aborde désormais différents aspects de la transplantation pulmonaire, de la transplantation ABO- et HLA-incompatible et des programmes d’échanges croisés de reins (par paires).
  • Le nouveau chapitre 14 (couvrant l’allogreffe de tissus composites vascularisés) traite du domaine innovant de la transplantation, qui, dans de nombreux pays, fait encore l’objet de protocoles de recherche.
  • Le chapitre 15 (couvrant la biovigilance et la surveillance) s’est étoffé pour inclure des conseils sur l’identification, le signalement, l’évaluation et la prise en charge des réactions et incidents indésirables sévères.
  • Le chapitre 16 (couvrant la qualité des dons et transplantations d’organes et son évaluation) a été revu afin d’exposer en détail les principes de management de la qualité des dons et prélèvements d’organes, ainsi que des activités de transplantation.
  • Enfin, le nouveau chapitre 17 (couvrant l’évaluation de l’issue des transplantations) passe en revue les facteurs à prendre en compte lors de l’évaluation de l’issue des transplantations.
twitter facebook googleplus pinterest linkedin email